You are currently viewing Dégâts collatéraux du duel entre « Papy gâteux » et « l’Agité du bocal »

Dégâts collatéraux du duel entre « Papy gâteux » et « l’Agité du bocal »

Quelles que soient les appréciations que l’on porte sur la manière dont le gouvernement gère la lutte contre le réchauffement climatique, il essaie au moins de faire évoluer les dispositifs actuels. Le danger est incontestable. Il monte aussi vite que le niveau de la mer ou la fonte des glaciers. Pourtant en 2024 notre avenir à court terme ne sera pas menacé par ce phénomène qui ne peut-être nié qu’avec des arguments peu solides. Il risque davantage de l’être par un événement qui en se rapprochant dans le temps, paralysera davantage l’ensemble de la planète : l’élection présidentielle américaine. Chaque jour la menace d’un séisme géopolitique, économique ou culturel se précise.

Il y aura, et tous les scrutins de désignation actuels le démontrent, un duel entre deux candidats aussi dangereux l’un que l’autre. Le sortant a incontestablement quelques problèmes dans la fiabilité de sa pensée et son challenger accumule les déclarations permettant de douter de sa santé mentale. La stabilité du monde sera secouée par le résultat de ce moment clé de la vie des USA et ce, quel qu’en soit le vainqueur. Il y aura peu d’espoir que nous échappions à l’imprévisibilité de la période qui va s’ouvrir. D’ailleurs dans bien des pays on travaille déjà à endiguer les conséquences d’un immense crack financier ou à une menace exacerbée de nouvelle guerre mondiale dont on ne mesure pas le niveau. En France on ne peut même pas. 

La « trumpisation » de la vie des États-Unis qui ne cesse de progresser, laisse augurer de ce qui se passera tôt ou tard en Europe. Le rôle croissant des religions, l’exploitation des phénomènes migratoires, la maigreur des arguments politiques, l’invective érigée en principe clé du succès, l’incitation au repli sur soi, la culte du fric quelle que soit sa provenance, l’exacerbation des comportements les plus inhumains et plus encore l’outrance verbale et physique constitueront les bases du choix des électrices et des électeurs. Nous nous en approchons lentement mais sûrement.

« L’Affolé du bocal » et le « Papy gâteux » iront jusqu’au bout de la logique d’un affrontement interne mettant en danger notre propre sort. Par exemple le premier vient d’affoler toute les chancelleries d’Europe en annonçant,  lors d’un meeting en Caroline du Sud, qu’en cas de réélection, il ne garantirait pas la protection de l’Otan face à la Russie. En résumé sa position est claire : «  assurez vous-mêmes votre défense et surtout financez la ! » La situation des budgets des États concernés rend cette injonction totalement illusoire. Et le 

Une rodomontade ? Une élucubration ? Point du tout. Il a tout entrepris pour supprimer l’aide à l’Ukraine et elle ne sera possible qu’aux prix d’interminables négociations entre les deux camps à l’issue incertaine. L’impuissance de l’occupant actuel de la Maison Blanche apparaît chaque jour un peu plus. Même s’il l’emporte, son prochain mandat s’annonce pire que celui qu’il termine. Les États de moins en moins unis de chaque coté de l’Atlantique ne résisteront pas longtemps face aux duo Sino-russe… Tout volera en éclats au nom du sauve qui peut installé comme stratégie politique. Nous ne sommes que des nains aux pieds d’argile. 

Le pire c’est que dès que l’aide à l’Ukraine aura été acceptée, la campagne présidentielles US stoppera toutes les autres initiatives possibles. « Papy gâteux » n’obtiendra plus rien du Congrès. Trump éructera et étalera sa vantardise provocatrice. La tension autour des éventuelles sanctions judiciaires écartant l’ex-président de la course risque de déboucher sur des phénomènes graves. A qui profiterait des émeutes, des manifestations violentes ? Nul en le sait…

Jamais l’équilibre mondial n’a été aussi instable. La guerre froide à son paroxysme n’a pas généré de situations aussi fragiles même du temps des fusées à Cuba. La bloc contre bloc était dans le fond plus rassurant. Actuellement il n’y a aucune cristallisation des positions et l’autorité des chefs de file habituels n’existe pas. Dans le fond Poutine a davantage d’appuis qu’en a Biden…et ils pèsent dans la balance de la géopolitique mondiale. Les conflits au Moyen-Orient et ceux qui couvent en Asie conduisent Trump à se présenter comme l’homme de la Paix. Biden sera celui des guerres en cours ou poatentiellles. 

Un séisme se prépare pour la fin de l’année après une longue période de doute sur son importance. Pendant que nous admirons nos nombrils, que nous cédons sur toutes les valeurs essentielles de l’Humanité, que nous dissimulons une situation catastrophiques, que l’Europe bascule vers les « idéaux » trumpistes en nombre de voix cumulées, nous cultivons le mythe que nous sommes maîtres de notre destin. Je serais curieux de connaître le résultat d’un vrai sondage sur le vote des Français entre « l’agité du bocal » et « papy gâteux ? »

Cet article a 3 commentaires

  1. François

    Bonjour J-M !
    Allons , La Classe, comme Grand Touton Biden,tu as des problèmes avec ta mémoire ?
    Tous les quatre ans, on nous promet l’explosion de la Terre … et nous sommes en train de converser sur « Roue Libre ». Cela me rappelle une histoire pour enfants contant les mésaventures d’un berger et du loup ! ! Bien sûr, gare à la fin ! ! !
    Quant au sondage, sans être « Monsieur Soleil », je peux t’annoncer (déjà !) le résultat: 80 % de réponses positives à la question « Je m’en fous pourvu que je puisse payer mon pain et voir … les Jeux Olympiques » ! ! ! Et là, ce n’est pas gagné ! !
    Malgré tout, BRAVO pour ton papier « Alerte », « Warning » , « Pim…Pom…Pim…Pom …Pim …… » ! !
    Avec le sourire,
    Amicalement

  2. facon jf

    Bonjour,
    Les Europathes en sont pour leurs frais, en fait ils s’en moquent car en aucun cas ils ne paieront. Le suivisme de l’oncle Sam va leur claquer entre les doigts et le faux alibi du bouclier US face au méchant vilain Poutine va s’évanouir dans le vide sidéral.
    Pour les grands mamamouchis qui croient diriger l’Europe la protection américaine est gratuite, mais en fait elle se paye par notre soumission et tous les abandons de souveraineté que nous faisons au profit des États-Unis. C’est du moins la position affichée par le démocrate BID1.
    Pour Trump et une grosse majorité des Américains, il n’y a rien de gratuit. Trump veut faire payer les services  » du shériff du monde » ce qui n’a rien d’étonnant venant de Trump qui est un businessman, faire payer le coût de la défense c’est faire du business. C’est vendre des armes à l’Europe, vendre des munitions, vendre du matériel. Bref, c’est faire tourner les usines américaines. L’Amérique d’abord dit Trump aux merdias ! les Euro-nouilles qui nous gouvernent eux ne pensent qu’à leurs propres intérêts. Voir par exemple Barroso homme politique portugais, président de la Commission européenne entre le 22 novembre 2004 et le 3 novembre 2014.Depuis juillet 2016, il est président non exécutif ( en fait il ne fait pas grand chose) du conseil d’administration de la banque Goldman Sachs.
    Le réveil va être brutal pour les contribuables Européens. Pour Trump, tout doit être payant et négocié au cas par cas. Ici, Trump n’est pas gentil pour l’Europe. Il veut plus de dollars et de business pour son industrie de la défense. Pour autant, il demandera les mêmes abandons de souveraineté. De même Trump refusera de payer pour le bourbier Ukrainien et l’Europe devra payer seule et la guerre et les dégâts causés par la guerre. Prions ensemble pour que nos déboires restent au seul plan financier, un engagement militaire serait une catastrophe pour les enfants Européens sacrifiés sur le front.
    La campagne vient juste de débuter et il y a fort à parier que les petites et grosses affaires du fils BID1 en Ukraine vont ressortir de l’ombre.
    Dans cette affaire nous les Européens sommes les perdants économiques des sanctions que nous avons prises sous le chantage US pour « bénéficier » du bouclier de l’OTAN. Les Ukrainiens eux sont les sacrifiés sur tous les plans ! Cette guerre voulue par les USA pour affaiblir le « camp du mal » rate sa cible et nous touche de plein fouet. Pas grave pour l’oncle Sam, le retour sur investissement vient tout juste de commencer. Le gaz de schiste que nous ne voulions pas nous alimente maintenant à un prix stratosphérique, nos entreprises concurrentes des USA sont au plus mal et la main invisible du marché va bientôt les donner aux affairistes internationaux domiciliés dans l’état paradis fiscal du Delaware. C’est bizarre, c’est là que le fils BID1 est né le 4 février 1970 à Wilmington . C’est stupéfiant ( voir sa dépendance avouée à beaucoup de drogues ) dirait Hunter BID1 !
    Comme c’est bizarre Trump et Madame Clinton partagent la même adresse… dans un paradis fiscal. La première y a enregistré une société huit jours après avoir quitté l’administration Obama, pour y placer les millions de dollars amassés lors de ses conférences. Donald Trump, quant à lui, y « gère » ses activités immobilières. Sur les quelque 500 entreprises qu’il détient, 380 sont enregistrées dans le Delaware, dont beaucoup dans ce fameux bâtiment d’Orange Street, à Wilmington au Delaware ( ce sont juste des boites à lettres). Le monde est petit, petit, petit … comme une boite à lettres.
    Bonne journée

  3. Laure Garralaga Lataste

    Je suis née le 07 février 1939… et 85 ans plus tard, je sens monter les prémices de la 3e guerre mondiale…
    Quand l’Histoire bégaye, il est urgent de chercher les abris…

Laisser un commentaire