You are currently viewing Raffut (4) : des ratés dans les premières mélées

Raffut (4) : des ratés dans les premières mélées

La France est à quelques mois de la manifestation la plus difficile et la plus lourde à organiser : les jeux olympiques. Il a été répété et même ressassé que la Coupe du monde de rugby servirait de banc d’essai pour la logistique (mobilité et sécurité) puisque des milliers de spectateurs venant de l’étranger chercheraient leur bonheur en matière d’hébergement et de spectacle sportif. Sur les premiers matchs d’une compétition loin d’être aussi complexe à maîtriser que les J.O., de sérieuses défaillances ont été constatées. Elles ont été relevées par la presse étrangère et surtout scrutées par les observateurs du CIO. Comme le veut la tradition, il sera officiellement affirmé que ce sera bien mieux la prochaine fois.

Les accès aux stades de Bordeaux et de Marseille ont été problématiques et avec un public moins joyeux et patient que les Irlandais et les Anglais des incidents auraient éclatés. Tous les responsables ont en mémoire la catastrophique situation de la finale de la Ligue des Champions entre Liverpool et le Real de Madrid en mai 2022 soit-il y a 16 mois. Des milliers de supporters britanniques et espagnols étaient restés bloqués aux barrages de sécurité et ont attendu parfois plus de trois heures pour pénétrer dans le Stade de France.

Débordées par l’afflux, les autorités avaient décidé de fermer les grilles du stade. Certains fans n’avaient même pas pu assister à la finale. L’événement, marqué par des mouvements de foule, avait été émaillé de nombreuses scènes de violence. A Marseille, les événements n’ont pas été à ce niveau mais ils avaient en germe les mêmes désordres potentiels. La presse anglaise s’en donne à cœur joie.

Alors que les annonces de risque d’attentat seraient selon, le ministre en charge de la sécurité, de plus en plus élevé en France, sous la poussée des spectateurs bloqués aux entrées ont a vu les « procédures de sécurité et de palpation manifestement allégées . L’objectif recherché était une « fluidification » de l’accès aux travées de l’Orange vélodrome. Ces files d’attente  ont engendré plusieurs « scènes de bousculade » sans gravité mais bien réelles.

Des documents indiscutables montrent des foules de supporters, enjambant les portiques de sécurité sans valider leur billet, ce qui n’a pas empêché que « des centaines d’Anglais ratent le coup d’envoi ». Des mesures ont été prisses avec un renforcement de stadiers et des « orienteurs » qui viennent au secours des porteurs de billets. Attendons pour voir…

 Le stade de Bordeaux au bout d’une longue ligne de tram réellement utilisée une soixantaine de soirs par reste inaccessible de par le choix de son lieu d’implantation. Bien des supporters potentiels des Girondins renoncent à se rendre à feu le Matmut alors qu’ils possèdent les repères en matière de stationnement, de circulation et de transports collectifs. Alors les autres… Deux incidents ordinaires sur le parcours du tram et hop tout bascule dans la crise puisqu’il n’y a aucune vraie solution de remplacement. Résultat des milliers d’Irlandais ont manqué une grande partie du match !

Joyeux, un tantinet anesthésiés par l’ingurgitation de quelques pintes sous le soleil, ils n’ont pas trop protesté. Des files d’attente interminables dans le stations clés du centre ville plus d’une heure et demie avant le coup d’envoi. Des rames bondées dans une chaleur étouffante : la galère ! Heureusement le flux sera moins fort en supporteurs lors des deux prochaines rencontres avec des adversaires mobilisant moins de monde venant les soutenir. On l’a constaté avec la rencontre du lendemain où tout se passa correctement.  

L’autre phénomène qui préoccupe les dirigeants du CIO : la terrible inflation des tarifs du secteur récepif pratiqués dans les villes organisatrices en matière d’hôtellerie et de voyages. Le comparateur Kayak a synthétisé les recherches effectuées sur son site entre le 1er janvier et le 11 juin derniers pour des vols et hôtels durant le Mondial. Il en ressort que les prix des hôtels ont augmenté en moyenne de 14% par rapport à la même période en 2022 tandis que les prix des vols ont enregistré une hausse de 29%.  

Pour l’hébergement on bat des records à Lille, où se joueront un match du XV de France et deux de l’équipe anglaise, où les prix ont bondi de 110%. Du côté de la Méditerranée, en accueillant un match anglais, un avec l’Afrique du Sud et un autre avec l’équipe de France, Marseille voit les prix de ses hôtels en hausse de 137% ! On battra ces records pour la phase finale.

On attend les Jeux olympiques avec délectation… et c ‘est déjà parti à Paris !  Le bonheur en Bleu se poursuit… et l’espoir reste de voir la France sur le podium et donc ce qui concerne les autres ne nous passionne guère. Combien y-aura-t-il d’Uruguayennes et d’Uruguayens ce soir à Lille. Entre le voyage, l’hôtel, l’entrée au stade et un petit extra il leur faut quatre à cinq fois fois le salaire moyen de leur pays. A méditer

Cette publication a un commentaire

  1. Laure Garralaga Lataste

    Merci Jean-Marie pour ce dernier paragraphe bien affligeant… mais hélas bien réel… !

Laisser un commentaire