Eté ou pas été : le marché commun et partagé du mercredi

J’aime bien le rituel des retrouvailles des copains d’abord. Retrouver sa place, ses partenaires de débat, ses copains récents ou ses amis de longue date ne manque terriblement si pour une raison impérieuse je ne suis pas en mesure de me rendre sur place. Il suffit qu’il y ait une absence pour que le charme soit rompu. On l’espère. On l’attend. On s’inquiète. L’heure c’est l’heure. Aux alentours de onze heures tout manquement mérite un mot d’excuse sollicité par les plus exigeants.

Continuer la lectureEté ou pas été : le marché commun et partagé du mercredi

Le bonheur de retrouver le chemin de son école

Nous sommes toutes et tous des anciens élèves avec des souvenirs plus ou moins agréables. Depuis que l’école est devenu obligatoire il n’y a pas d’exception au passage sur ses bancs. C’est vrai que la tradition veut « qu’avant ce fut mieux que maintenant » dans ce domaine comme dans d’autres. En fait rien ne prouve qu’un enfant du XXI° siècle ait l’espoir de meubler sa mémoire de moments plus mauvais que les nôtres.

Continuer la lectureLe bonheur de retrouver le chemin de son école

Ici et ailleurs (39) : le jour du maillot blanc

Il y a presque soixante ans je rejoignais en effet l'équipe de football des juniors du Club Athlétique Créonnais. Jusqu'à ce niveau il n'y avait aucun club dans le secteur possédant des formations dans les autres catégories d'âge.

Continuer la lectureIci et ailleurs (39) : le jour du maillot blanc

Ici et ailleurs (8) : Vanille, le parfum du retour

Elle est revenue… Elle n’était pas partie très loin mais elle avait abandonné le bar PMU du cœur de la bastide pour s’installer dans cette ancienne ferme isolée devenue une vraie « retraite » aux confins de Sadirac et de Créon. Celle que personne n’appellerait autrement que "Vanille" a en effet retrouvé sa place derrière le comptoir du Bar créonnais niché dans l’angle nord de la Place de la Prévôté.

Continuer la lectureIci et ailleurs (8) : Vanille, le parfum du retour

Ici et ailleurs (7) : les dessous d’une maison close

Critique de la représentation donnée par la troupe "Grains de sel". N’est-il pas normal que dans une maison close, tout ce qu’il s’y passe soit secret ? Dans celle que tient Madame Renata  où Stéphane Lartigue a posé « La Bouilloire », une pièce policière bien troussée, tout le monde vit sur les apparences. Tout se passait pour le mieux dans ce "milieu" feutré.

Continuer la lectureIci et ailleurs (7) : les dessous d’une maison close

RETRO : « Je laisse à d’autres le soin d’écrire le livre d’avenir de Créon »

Je suis absent de Créon et je vous propose ce long texte  annonçant il y a neuf ans jour pour jour (9 mars 2013) mon renoncement à être maire de Créon après alors 30 ans de mandat local. Dois-je en enlever une partie... J'en doute.

Continuer la lectureRETRO : « Je laisse à d’autres le soin d’écrire le livre d’avenir de Créon »

De la coupe paternelle à celle de la brosse émancipatrice (2)

. Mon père décida donc qu'il pouvait ajouter à sa vaste palette de métiers, celui de coiffeur. Il acheta d'occasion lors de la vente des outils de Numa, une tondeuse à main, un peigne effilé, un coupe-choux de taille modeste et des paires de ciseaux pointus. Il débuta avec une technique rudimentaire mais son éternelle adaptation à toutes les situations il devint reconnu pour son talent.

Continuer la lectureDe la coupe paternelle à celle de la brosse émancipatrice (2)