You are currently viewing Le foot français à la dérive

Le foot français à la dérive

Partout la guerre… partout la violence… partout la mort… partout l’intolérance… partout la connerie humaine… En France nous atteignons de sommets ! Samedi mati dans une chronique j’alertais sur l’intrusion de la religion extrémiste dans le football. Un danger réel mais oublié par les instances dirigeantes qui ne voient et n’entendent rien lorsque leurs intérêts sont en jeu. Alors que la période se referme sur une Coupe du monde d’autos-tampons baptisées rugby sans le moindre incident lié au comportement du public, le foot aggrave sa situation par un week-end détestable. Des matchs de seconde catégorie disputés dans des contextes pour le moins révélateurs de la gravité de la situation générale.

Le petit monde du ballon rond français cumule les pires avanies. D’abord il faut constater qu’il n’intéresse plus les télés et donc la faillite menace. Les droits de diffusion en cours de discussion de gré à gré n’atteindront pas le niveau espéré proche du milliard. L’embellie offerte par le Qatar qui avait engagé Neymar et Messi s’est évaporée. Plus personne ne se passionne vraiment pour un Lorient-Clermont-Ferrand et même pour bien d’autres rencontres.

Quand samedi se déroulaient presque en même temps un Bordeaux-Rodez et un Barça-Real il faut être maso pour se rendre au Matmut Atlantique. Ou quand hier le derby de Manchester se déroulait sur les écrans de télé et que l’on avait un rutilant Rennes-Strasbourg en concurrence il est évident que la Ligue 1 perd de son poids financier ? Seuls les inconditionnels restent intéressés par des confrontations d’une pauvreté technique et d’une faiblesse collective désarmantes.

Les clubs, dans le contexte actuel de l’inflation, de la baisse du pouvoir d’achat et de la folie des salaires accordés à des joueurs de seconde catégorie puisque les meilleurs ont immigré ou le feront très vite. La DNCG qui contrôle les comptes aura bien du mal lorsque l’été sera venu de valider des budgets en perdition. A moins que ses membres ne puissent pas déstabiliser tout le championnat ils auront à rétrograder ou à mettre en faillite bien des clubs.

Les mentalités évoluent. Ce qui se revendiquent des supporters s’en prennent directement aux entraîneurs, aux joueurs et aux dirigeants. Ils vitupèrent, menacent, insultent, revendiquent et s’érigent en censeurs violents ou au moins exigeants et détruisent avec ardeur le club qu’ils prétendent défendre. Mieux hier soir ils ont attaqué l’autobus de l’équipe adverse à quelques dizaines de mètres de son arrivée au stade. Le match entre l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille a été annulé. Un exploit !

Ce fut une attaque en règle. Une embuscade parfaitement organisée et préméditée. Trois bus des supporters de l’Olympique Lyonnais avaient été caillassés en arrivant à proximité du vélodrome. Un groupe d’une centaine de personnes, tous avec le visage cagoulé, a attaqué à coup de pavés, de fumigènes un but en tête de file, escortés par deux camions de CRS. Plusieurs blessés à déplorer. Quand le véhicule des joueurs est arrivé les jets ont continué blessant notamment au visage l’entraîneur lyonnais. Les vitres ont explosé projetant des éclats dangereux. Le match a été reporté… ce qui va conduire les télés à acheter à un meilleur tarif la Ligue 1.

Sur le plan de l’éthique M’Bappé la seule tête de gondole évoluant en France a démontré que la « melonite » restait une maladie dangereuse chez les multimillionnaires du ballon rond. L’attaquant star du PSG a inscrit le but de la victoire sur penalty, en deux temps à la 88e minute, mais avait été pris en grippe par une partie du public qui le sifflait et avait tenté de le déstabiliser en amont par des chants le visant ainsi que son coéquipier Achraf Hakimi. En réponse, Mbappé a pris soin de lui aussi provoquer le stade juste après son deuxième but, en mimant avec sa main un chut sur sa bouche, puis l’agitant comme s’il cherchait à faire rasseoir et calmer les spectateurs…

Il a multiplié ce qu’il pensait être des réponses au public brestois qui ne passé pas pour le plus véhément de France. Lors de son remplacement, sous une bordée de sifflets mémorable. Kylian Mbappé en remettait une couche en mimant avec ses doigts son nombre de buts inscrits cette après-midi. Et en sortant le capitaine de l’équipe de France, (donc le symbole du haut niveau) a témoigné d’un mépris détestable à l’égard du public.

Ce qui n’est qu’un spectacle payant prend des allures de pantalonnade ou d’illustration parfaite d’une part de la société française. L’outrance violente, la déraison facile, la haine imbécile influencent les esprits les plus faibles qui cherchent un moyen de se distinguer en meute ou en groupes grégaires. Pendant ce temps enfants, femmes, vieillards crèvent sous les bombes ou ont été massacrés…

Cet article a 3 commentaires

  1. facon jf

    Bonjour ,
    ignare complet, et fier de l’être, en matière footballistique j’observe la montée de la violence dans ce sport en particulier.
    Pour illustrer mon propos, je vous invite à lire cet article dont les faits remontent à 2009. https://www.liberation.fr/sports/2009/05/05/dans-l-ain-le-racisme-ordinaire-du-terrain-passe-au-tribunal_556195/
    Cet article éclaire la situation socio-économique de ce sport. Sur le plan social et politique, pour revenir sur votre article précédent, les comportements racistes répétés autour du terrain poussent les victimes vers les organisations séparatistes.
    Au plan économique le football représenterait 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France et 400 milliards dans le monde.
    Depuis cette date 2009, les instances gérant le business foot ont discrètement caché le problème sous le tapis. Les enjeux économiques n’étant pas le moindre aspect dans cette omerta.
    Sur la planète foot, tout se précipite boucher les trous des budgets en vendant les meilleurs talents appauvri l’offre. Sans surprise, l’appel d’offres, lancé lundi 16 octobre par la LFP, pour les droits télévisés du football français n’a pas trouvé preneur. Aucun des cinq lots mis aux enchères n’a été attribué. La Ligue exigeait un minimum de 530 millions d’euros pour le lot 1 (les deux premiers matchs de premier choix de chaque journée ainsi que le quatrième choix) et 270 millions pour le lot 2 (match de troisième choix et rencontres de choix 5 à 9). D’autant plus qu’elle a vendu 13 % des droits de sa société commerciale pour 1,5 milliard d’euros au fonds CVC pour une durée indéterminée.
    « Le football français s’est vu plus beau qu’il ne l’était. Le problème, c’est qu’il fait des plans sur la comète, signe des contrats et valorise des joueurs sans être capable d’assurer un équilibre budgétaire. On court tout droit vers la faillite. » L’économiste Pierre Rondeau analyse la situation économique du football français, en pleine négociation pour ses droits de diffusion télévisée dans le magazine le point aujourd’hui .

    « Il faut réguler le football sinon ce sport court vers des faillites et des scandales » (Jean-Michel Aulas)

    Une faillite annoncée dont je me  » foot » complètement.

    bonne journée

  2. christian grené

    Que veux tu que je dise de plus Jean-Marie? Comme toi, j’aime trop le foot pour ne pas me désoler de toutes les scories qui l’encombrent. Heureusement, il y a »Roue Libre »…

    1. Gilles Jeanneau

      Tout à fait , Thierry comme disait notre Jean-Michel national !!!
      Belle soirée quand même…

Laisser un commentaire