Le jour où les brigades du Tigre ont échoué (7 et der)

Le juge Lanoire clôtura donc, faute de preuves, le supplément d’information ce qui eut pour conséquence de boucler définitivement l’affaire de l’assassinat de Pierre Teillet le 24 juin 1922. Le « cold-case » créonnais restait toujours un mystère. La stèle dédiée au commissionnaire devint à Sadirac dans le récit de tous les jours durant un siècle, « la pierre du crime »

Continuer la lectureLe jour où les brigades du Tigre ont échoué (7 et der)

Le jour où la dernière chance est passée (6)

Deux individus braconniers invétérés et voleurs occasionnels furent en effet arrêtés courant mai 1912. Ils avaient commis un vol conséquent auxquels il fallait ajouter de multiples rapines. Les nommés Rivière et Masset furent entendus sur cette affaire par le juge

Continuer la lectureLe jour où la dernière chance est passée (6)

Le jour où le crime est imputé à un travesti (5)

Deux habitants dignes de confiance domiciliés dans la commune ont en effet été raconter à la Brigade de gendarmerie une drôle d’histoire. Ils auraient vu dans la nuit du 23 au 24 septembre « une femme rentrer chez elle vers une heure trente du matin ! » La chose leur parut normale et ils n’y virent aucune raison d’alerter la Brigade du Tigre. Au hasard d’une conversation avec les représentants de la maréchaussée locale ils apprirent pourtant que la dame avait déclaré lors des enquêtes de proximité « qu’elle se trouvait chez elle à partir de sept heures du soir et qu’elle dormait d’un paisible sommeil à une heure et demie ». Étrange.

Continuer la lectureLe jour où le crime est imputé à un travesti (5)

Le jour où la Brigade du Tigre bordelaise est contestée (4)

Le 1er octobre 1911 « La France » publie un long article virulent qui accuse les autorités d’incapacité à trouver les coupables. Jamais en notre époque un quotidien prendrait des positions aussi tranchées. La Brigade venue de la ville est mis en cause de manière explicite.

Continuer la lectureLe jour où la Brigade du Tigre bordelaise est contestée (4)

Le jour où Paul Louis Lande impose sa science (2)

Vers midi et demi une automobile prit la direction de Créon. A son bord MM. Lefranc juge d’instruction, Charrié Substitut du Procureur, Riber greffier afin d’engager officiellement l’enquête. Il ne manquait que le médecin légiste. De la place de République le trio fit un détour place Gambetta au domicile du Professeur Paul-Louis Lande, ancien maire de Bordeaux (1) afin de récupérer sa trousse médicale puisque son propriétaire était encore en vacances à Tresses. Le quatuor arriva sur place deux heures plus tard. Même si la fameuse police scientifique n’existait pas encore les arrivants tentèrent de bâtir un scénario de l’agression mortelle.

Continuer la lectureLe jour où Paul Louis Lande impose sa science (2)

Le jour où Pierre le commissionnaire a été assassiné (1)

Le 24 septembre 1911, la nuit étoilée enveloppe la grosse ferme de Lhoste Blanc à Créon. A quelques mètres de la voie ferrée elle a été cédée il y a quelques années par le greffier du juge de Paix de Créon, Pierre Dordet à un commissionnaire assurant la liaison entre la bastide et le centre de Bordeaux. Pierre Teillet, effectue essentiellement le transport des fûts de vin blanc du Créonnais vers les restaurants, les caves ou les bistrots qui le revendent à la chopine.

Continuer la lectureLe jour où Pierre le commissionnaire a été assassiné (1)

Le jour où Sébastien effectue sa rentée de classe

Le mardi 9 juillet 2024, restera le jour où… Sébastien a foulé le gravier de la cour d’accueil du Palais Bourbon. Son élection comme député fêtée il a satisfait aux obligations de son nouveau mandat. Des premiers pas qu’il n’a pas vécus comme étant exceptionnels. Une nette victoire au second tour dans une triangulaire lui a permis de ramener dans le giron de la Gauche une circonscription de la métropole bordelaise.

Continuer la lectureLe jour où Sébastien effectue sa rentée de classe

Le jour où Francis échappe aux balles des barbares

En ce 14 août 1944, du haut de ses onze ans, Francis traîne son ennui dans la cour de la ferme de ses parents. Son père est parti comme prisonnier de guerre en Allemagne et sa mère gère la propriété avec les deux ouvriers qu’on lui a accordés au titre de l’absence de son époux. La vie s’écoule dans la morosité à Mauriac, petit village au creux de l’Entre-Deux-mers.

Continuer la lectureLe jour où Francis échappe aux balles des barbares