You are currently viewing  » C’est Versailles pour eux ici ! »

 » C’est Versailles pour eux ici ! »

La grande spécialité du Président français réside dans une capacité constante d’énumérer les milliards. Il serait intéressant de reprendre ses discours, ses entretiens, ses déclarations pour totaliser les annonces, les décisions, les propositions venues du maître de l’Elysée probablement fasciné par ces sommes qu’il a appris à manier. Hier dans un élan de bonté à l’égard du peuple des chômeurs ont été étalés sur la table des agapes versaillaises la bagatelle de 15 milliards apportés par des « investisseurs » croyant dans l’avenir de notre pays. En fait ce n’était pas le nombre essentiel de la journée mais une communication bien orientée en a fait un triomphe macronien.

Toute la journée cette somme impressionnante a été ressassée avec une comparaison avantageuse sur les autres contrées voisines incapables d’afficher pareil succès. Seul notre Président a les manches assez larges pour convaincre ses potes du business mondial d’effectuer pareil effort. D’ailleurs ils ont effectué une petite soirée au château du roi soleil afin de fêter ces accords réputés mirifiques. En fait on aurait plutôt dû parler des… 10 000 emplois qui serait ainsi créés sur plusieurs années. Un rapide calcul place en moyenne le travailleur « tricolore » à 1,5 million d’euro. C’est beaucoup moins folichon.

Selon les spécialistes quand un établissement industriel en France est créé il génère une moyenne de… 35 emplois par projet d’investissement, contre par exemple 49 en Allemagne ou 61 au Royaume-Uni et 299 en Espagne. La difficulté à trouver chez nous les employés industriels qualifiés dont ces usines ont besoin rend ceux qui les construisent. Toute la formation aurait grand besoin d’être réorientée car elle est essentiellement consacrée aux emplois de services.

Microsoft annonce 6 milliards sur les 15 pour deux structures innovantes. Il paraît que cette décision résulte des liens amicaux entre le PDG de la multinationale dont le chiffre d’affaires n’est pas loin du PIB français. Dans le même temps ce sont 3,4 milliards de dollars qui seront engagés en Allemagne, 2,1 milliards en Espagne ou encore 2,9 milliards au Japon. Il serait intéressant de connaître la colonne des soutiens publics accordés en France et dans les autres publics.

L’annonce de chiffres bruts est en effet une technique de communication trompeuse. En effet derrière chaque nombre globaux il faudrait déduire les aides apportées par l’État, les collectivités locales et plus encore les exonérations qui seront ensuite accordées sur la part des impôts vraiment payés dans notre pays. Comme tous les autres « bienfaiteurs » en faveur de l’économie tricolore, les contributions sont incluses dans le montant dont on nous a rebattu les oreilles. Même si les subsides directs ou indirects ne sont accordés que pour une durée limitée il subsiste le danger de la disparition de l’investissement quant l’atténuation des charges s’éteint.

L’exemple de l’usine Ford arrivée triomphalement en Gironde en 1973 et qui a lentement disparu des radar passant de rachat en rachat de plus de 3200 salariés à seulement quelques centaines 35 ans plus tard. Des dizaines de millions ont été apportés par la puissance publique en pure perte. De rachat en reconversion, de plans en plans, de promesses en déceptions le site a subi tout simplement les évolutions du marché et de la rentabilité. La pérennité des sites n’est jamais garantie. Elle dépend surtout de la nature des fonds mobilisés par les investisseurs…

Un sénateur cité par Public Sénat a effectué une enquête sur les raisons de cet afflux. Voici sont diagnostic : « J’ai eu l’occasion d’échanger avec des chefs d’entreprises américains. Ce qui les attire, ce ne sont pas les réformes mises en place par cette majorité mais notre crédit d’impôt recherche (CIR). D’ailleurs, le gouvernement parle de réindustrialisation, mais la plupart des emplois crées ne sont pas des emplois industriels. Les chefs d’entreprise étrangers veulent d’abord nos chercheurs et nos ingénieurs, qui sont bons et pas chers. » Le Maire de Bercy qui cherche des rentrées fiscales supplémentaires devra encore donner sans beaucoup recevoir.

Le refrain voulant que la vision de la France se soit améliorée à l’étranger et que ce serait grâce aux réformes macronistes, a été également largement repris. Il serait intéressant de connaître quelles mesures ont décidé Microsoft a jouer les philanthropes ? Est-ce les mauvais chiffres de l’année écoulée, marquée par un dérapage budgétaire à 5,5 %, une balance commerciale toujours déficitaire à hauteur de 100 milliards d’euros et un taux de chômage qui repart à la hausse depuis le premier trimestre 2023 ?

Pas certain qu’ils s’en soucient puisque les « remises » qui leur sont offertes sont garanties par des contrats béton. Allez, toutes les Françaises et les Français en situation quotidienne ou mensuelle difficile voire catastrophique tendront l’oreille sur les 15 milliards putatifs. Eux ils espèrent seulement quelques centaines d’euros supplémentaires pour tenir dans la tempête qui menace : « c’est pas Versailles chez eux ! »

Cet article a 3 commentaires

  1. J.J.

    On nous vante, entre autres propagandes, l’attraction qui serait exercée par la France auprès des investisseurs étrangers.
    Les investisseurs étrangers n’étant pas spécialement connus pour leurs qualités humanistes, altruistes et leur prodigalité envers les masses travailleuses, on se demande ce qui les attire.

  2. facon jf

    Bonjour,
    fatigué, usé, éreinté par la propagande des gouvernements, le notre qui bat des records chaque jour et aussi les autres qui jouent la médaille d’or en permanence. A preuve les conflits armés où la propagande de chaque belligérant se mesure à l’aune des victimes. La propagande ne consiste pas à dire des mensonges facilement démontables mais à considérer les faits sous l’angle le plus favorable à la stratégie poursuivie. Prenons votre exemple de Microsoft et des 6 milliards censés ruisseler sur les manants Français, les projecteurs merdiatiques sont orientés sur cette somme vertigineuse. Tout faire pour garder dans l’ombre le faible nombre d’emplois et surtout, surtout jeter dans les ténèbres le juteux marché qui va permettre à Microsoft de vendre ses solutions aux entités soumises à la protection des données sensibles (de l’État, des entreprises stratégiques, du régalien, etc). Mac-Ronds le fondé de pouvoir des intérêts Yankee sait parfaitement que cette situation est préjudiciable à la souveraineté de notre pays. Tout comme il ne pouvait méconnaître les conséquences du deal Alstom/G.E sur l’indépendance énergétique des centrales électriques et sur les navires de notre marine. Le silence merdiatique étourdissant autour de la vassalité de Mac-Ronds reste bien caché par la propagande gouvernementale. Le Maire de Bercy se félicite du maintien de la note de l’économie tout en jetant un voile pudique sur les 1000 milliards de dette supplémentaires qu’il a signés depuis qu’il gouverne l’économie. Tout comme il reste muet sur le montant astronomique des intérets que les 3 000 milliards vont produire, ni comment nous allons faire face à cette hémorragie mettant en difficulté le paiement des salaires des employés de l’état.
    Pas grave la propagande tourne à fond pour sauver la soldate tête de liste Re-new, tout doit être fait pour assurer la deuxième place puisque la première n’est plus accessible.
    Il est grand temps de passer à l’Europe fédérale gouvernée par des « experts » permettant de soustraire l’institution aux foucades imprévisibles des électeurs étanches à la propagande. Encore quelques manipulations relayées complaisamment par les merdias aux ordres et ce sera chose faite. Tant pis si des soubresauts agitent la rue sporadiquement, les forces de l’ordre feront le ménage et nous en prendrons l’habitude. Encore faudra-t-il pouvoir les payer… Sinon, la fédération Européenne nous prêtera des militaires qu’elle n’a pas encore.
    Bonne journée

Laisser un commentaire