You are currently viewing La stratégie « Al Capone » serait la plus efficace

La stratégie « Al Capone » serait la plus efficace

Le trafic de drogue en France ressemble étrangement à l’hydre de Lerne que Hercule a eu à combattre lors de son deuxième travail à réaliser. Selon les versions, cet animal mythologique avait sept ou cent têtes qui repoussaient chaque fois qu’on les coupait. Envoyé par un roi pour l’exterminer il utilisa des moyens tout à fait inédits pour y parvenir. Selon le récit de ses exploits, il lui fallut brûler les tentacules qui s’insinuaient partout pour parvenir à exterminer le mal qui se répandait sur la société d’une zone d’Argos dans le Péloponnèse.

Les grandes opérations annoncées si elles sont spectaculaires ne permettent pas d’espérer une éradication d’un système appliquant à la lettre les principes de l’offre et de la demande. Le libéralisme a noyauté les esprits et tout est conçu sur la base du marketing le plus élaboré. La traçabilité et l’origine des produits sont évidemment brouillées mais la concurrence joue à plein dans les plus ou moins grandes surfaces exploitées. L’économie de la vente de produits illicites représente en France 0, 1 point du Produit intérieur brut. Il s’agit d’un business stupéfiant qui ne connaît pas la crise.

D’après une note de l’INSEE de 2021, le secteur ne génère pas moins de 2,7 milliards d’euros de gains par an en France, ce qui “correspond au total de la consommation de drogue (3,1 milliards d’euros) minoré des importations (0,4 milliard)”. On évalue par ailleurs le nombre de consommateurs réguliers de cannabis à 5 millions de consommateurs et à 600 000 de cocaïne. Il existerait plus de 4 000 points de deal recensés avec des extensions surprenantes en milieu rural. L’Hydre de Lerne du commerce des produits illégaux n’a jamais été aussi florissant et structuré. La lutte nécessiterait des moyens humains et matériels considérables que nous n’avons pas.

Hercule de l’Élysée est allé sur les rives de la Méditerranée pour tenter de persuader les populations qui vivent ou survivent parfois de manière directe ou indirecte grâce à cette filière que tout allait changer. Les arrestations, les saisies, les menaces n’ont pas manqué mais seront-elles durables ? Chaque fois qu’un tentacule est section Karchérisation sarkozyste devront être répétées à l’infini pour mettre un terme à ces trafics rémunérateurs.

En fait un parallèle avec la période de la mafia napolitaine aux Etats-Unis permettrait peut-être de rechercher d’autres solutions plus pérennes. On a oublié qu’Al Capone qui a exploité l’interdiction de consommer de l’alcool pour établir sa fortune n’est pas tombé pour les crimes qu’il a commis. Il a été coincé certes par l’action de l’incorruptible Eliott Ness mais surtout par le biais du fisc. Le frère d’Al Capone et le financier de son organisation avaient été arrêtés pour fraude fiscale alors que l’enquête du FBI n’est jamais parvenu à prouver les centaines de meurtres, ni les trafics d’alcool, ni les rackets dont le gang d’Al Capone est soupçonné d’être responsable.

Un agent clandestin du service d’enquête du fisc américain, va constituer un dossier de preuves qui permettront de faire condamner le maître de la mafia de Chicago. Il finit par prouver que ce dernier n’a jamais payé d’impôt sur ses activités. Dans le plus grand secret il rédige un rapport de 61 pages pour ses supérieurs dans lequel il écrit : « les revenus du contribuable provenaient du jeu, de la prostitution et de la contrebande d’alcool […] le prévenu n’avait aucun compte bancaire, n’achetait aucune propriété en son nom propre et, à l’exception de transferts d’argent par la Western Union et de quelques chèques occasionnels, traitait toutes ses affaires en espèces » Il finit par prouver qu’une partie de l’argent va directement dans la poche d’Al Capone, alors que celui-ci ne garde aucune trace écrite. Il est l’un des hommes les plus riches d’Amérique bien que, sur le papier, il ne dispose d’aucune ressource. 

Al Capone finira par être lourdement condamné pour fraude fiscale et tout son réseau tombera avec lui. L’achat de berlines, des trains de vie dispendieux, des transferts d’argent vers des paradis fiscaux selon des techniques utilisées par des gens réputés plus recommandables, des sommes en liquide considérables blanchies grâce aux jeux : il y aurait là bien des pistes à explorer. Ce ne sont pas que des CRS dont auraient besoin la lutte contre la drogue mais de enquêteurs des impôts en nombre largement supérieurs à ceux qui existent. Mais les surprises seraient alors plus nombreuses peut-être. Franck J. Wilson l’agent du fisc a été plus efficace finalement qu’Eliott Ness.

Combien de grosses voitures, de matériels hi-teck divers, de séjours paradisiaques, d’investissements truqués, d’entreprises « coquilles vides » ayant émargé au quoi qu’il en coûte, des pizzeria qui ne vendent pas de quoi payer la farine, des chantiers surévalués sont portés par des sources inépuisables d’argent liquide ? Bien évidemment on tapera sur les plus faibles, les pointes visibles des « tentacules » de l’Hydre de Lerne. N’est pas Hercule qui veut puisque l’on s’évertuera à « rendre la vie impossible aux consommateurs et aux familles de guetteurs ». C’est plus facile et moins dangereux…même si ce n’est pas inutile. On en reparle dans six mois.

Cet article a 3 commentaires

  1. J.J.

    « On en reparle dans six mois. »

    Entre temps il y aura eu les J.O. qui vont mobiliser ce qui nous reste de forces de l’ordre disponibles qui n’ont pas le don d’ubiquité.
    Et à cette occasion, parmi la foule de spectateurs, avec l’afflux de clients potentiels peut être permettre de promouvoir de substantielles recettes, dopant ainsi l’expansion des tentacules e l’hydre.
    Pas très optimiste, certes, mais y a -t-il des raisons de l’être ?

  2. facon jf

    Bonjour,
    un ami mien aujourd’hui décédé disait  » L »argent du c.l ne sent pas la m..de » son langage fleuri rejoignait l’adage  » l »argent n’ a pas d’odeur ».
    En 2009 Antonio Maria Costa, chef du bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, a déclaré avoir constaté que les recettes du crime organisé étaient « le seul capital d’investissement liquide » accessible pour certaines banques au bord de la faillite l’an dernier (crise de 2008). Il a dit que la majeure partie des 352 milliards de dollars (216 milliards de livres sterling) des profits de la drogue avaient par conséquent été absorbés par le système économique.
    Ce qui a été découvert en 2009 c’est que le système bancaire de nombreux pays a servi de gigantesque lessiveuse au moment ou les liquidités manquaient . « Dans de nombreux cas, l’argent de la drogue était le seul capital d’investissement liquide. Dans la deuxième moitié de 2008, les liquidités étaient le principal problème du système bancaire, et par conséquent le capital liquide est devenu un élément important », a-t-il déclaré.
    Pensez-vous qu »un sursaut de citoyenneté a permis de tirer au clair ces allégations ? La réponse vous la connaissez … Un silence de plomb s’est abattu sur le monde merdiatique, aucune déclaration effarée des politiques occidentaux, aucune mesure des « gendarmes  » des autorités bancaires Rien, Nada…
    Les gesticulations des baltringues du gouverne-ment ne peuvent cacher combien la drogue s’est infiltrée dans tous les rouages de l’État. Après les affaires Palmade, Bigorgne, Pellerin et Guerriau, entre autres, ont été mis en lumière les contradictions entre le discours officiel tenu sur les drogues, les politiques répressives mises en œuvre et la réalité des comportements de nos représentants.
    Ainsi la super méga opération XXXXXL montée à Marseille dans l’urgence et merdiatisé par le Méprisant le bilan est plutôt maigre. Ainsi 4.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour aligner les prises de la maréchaussée , 4 armes, 98 munitions, 8,7 kg de cannabis, 339 g de cocaine, 385.610 euros, et 12 véhicules ont été saisies par les forces de l’ordre.
    La mise en place de cette opération fait suite aux révélations de magistrats officiant à Marseille qui, lors d’une commission sénatoriale» avaient décrit une «narcoville», où l’activité criminelle se poursuit parfois depuis la prison, où les risques de corruptions s’étendent. «Je crains que nous soyons en train de perdre la guerre contre les trafiquants à Marseille», déclarait d’ailleurs Isabelle Couderc, vice-présidente du pôle criminalité organisée de la JIRS de Marseille.
    Selon un sondage de l’institut CSA pour CNEWS, Europe 1 et le JDD, publié le 10 mars dernier, 56% des Français considère que ce sont les narcotrafiquants qui font la loi à Marseille.
    Fin 2023,Une députée française a révélé, l’existence de « pratiques addictives » à l’Assemblée nationale, faisant notamment état de « soirées où de la drogue circule » ainsi que de « dîners ou des fins de sessions parlementaires où il y a une consommation excessive d’alcool ».
    Dans une interview accordée à Paris Match, la députée Renaissance, Caroline Janvier a déclaré que certaines de ces pratiques touchent également les ministres, l’élue de la majorité gouvernementale estimant qu’il s’agit d’un « symptôme d’un engagement excessif ».
    « Que la personne qui leur jette la première pierre se mette à leur place une semaine. Ils ont un niveau de pression inimaginable ». Donc « soit vous avez une excellente hygiène de vie, soit vous prenez quelque chose pour tenir », a-t-elle soutenu, ajoutant qu’elle s’était, elle aussi, mise à boire et à fumer du fait de son rythme de travail, avant d’arrêter.
    Compatissons aux sacrifices que font nos politiques pour sauver la France … Rien de moins!
    Houlala !!! vite vite une procédure CACAO ( Cannabis, Amphétamines, Cocaïne, Alcool et Opiacés ) en sortie de conseil des ministres .
    Ne rêvons pas ! les enfarinés pourront toujours s’en mettre plein les trous de nez et ailleurs aussi en toute impunité, tout comme la drogue continuera d’enrichir Banksters et business du luxe. Le marchand de godasses vends des chaussures de luxe pour acheter sa came et le dealer vend sa came pour acheter des godasses de luxe.
    Dans les cités le business de la came est et reste un amortisseur social et avec les tours de vis sur les budgets sociaux c’est pas le moment de tarir le filon. Sinon les soirées feux d »artifices devant les commissariats vont avoir lieu tous les soirs, les CRS seront parfaitement entraînés pour les JO.
    Patience « amis » dealer l’orage va bientôt se calmer (6 mois ???) et tout va rentrer dans le désordre.
    bonne journée

Laisser un commentaire