You are currently viewing Les paradis pour multinationales sont pavés de mauvaises intentions

Les paradis pour multinationales sont pavés de mauvaises intentions

Selon le rapport de l’Observatoire européen de la fiscalité les sommes de leurs bénéfices transférés par les plus grandes entreprises installées en Europe en 2022 vers les paradis fiscaux se situerait 1 000 milliards de dollars. Malgré toutes les promesses et toutes les mesures annoncées ces évasions des excédents des multinationales « ont explosé et demeurent à un niveau élevé. »

Le Président de l’organisme qui a édité ce document estime « que l’évasion fiscale n’est pas une loi de la nature : c’est un choix politique. » Cette situation commune à tous les états libéraux en place ne cesse de démontrer que les vrais « patrons » sont les dirigeants de ces monstres économiques qui directement ou indirectement tiennent le pouvoir.

Dans bien des pays du monde les milliardaires ne se privent pas de tenter de s’installer dans les fauteuils discrédités par des politiques sans colonne vertébrale et soumis à la seule loi du marché. Ils profitent de la déliquescence des systèmes en place pour conquérir l’opinion avec des méthodes similaires : maîtrise des médias, campagne dispendieuse, populisme outrancier. Leur modèle n’est autre que Trump.

En Argentine où le second tour des Présidentielles n’est pas encore joué, Javier Milei a obtenu 30% des voix. Pour le favori, c’est bien moins que ce qu’il espérait. Il fait malgré tout 30% alors qu’il y a deux ans, il était un simple polémiste des plateaux télé (ça ne vous rappelle rien). . Dans ses meetings, il brandit souvent une tronçonneuse en hurlant d’une voix rauque « Vive la liberté, bordel ! », car il veut découper l’État en morceaux, réduire les dépenses publiques.

Il se présente comme un économiste inspiré par la tendance mondiale d’une droite populiste, ultra libérale sur le plan économique, ultra-conservatrice sur les questions de société. Il dénonce la « caste parasite » qui se partage le pouvoir depuis 20 ans et veut « dollariser » l’économie – laisser le billet vert remplacer le peso. Anti-avortement, pro-arme et climato-sceptique, c’est un grand admirateur de Donald Trump. Au nom de la liberté de disposer de son corps, il a proposé la création d’un grand marché de vente d’organes. Il a réalisé 30 % des voix sur un tel programme !

Les multinationales rêvent de détruire toute forme d’État car dans certaines démocraties il représente un obstacle à leur soif de profits. L’UE pourtant peu contraignante sur le thème du profit a tout de même égratigné ces pratiques. Les multinationales américaines ont renâclé car elles sont les plus grandes utilisatrices de la pratique du transfert de près de la moitié de leurs profits étrangers vers les paradis fiscaux. Les gouvernements perdent ainsi l’équivalent de 10% des recettes mondiales sur les sociétés.

Bien que plus de 140 pays aient convenu d’instaurer d’un impôt minimum de 15% sur les sociétés, l’accord a été édulcoré par de nombreuses exemptions et niches fiscales. Dans sa forme actuelle, l’accord n’augmentera que de 4,8% les recettes fiscales totales des sociétés, au lieu de 9,5%. Si ces exemptions étaient supprimées, les États pourraient récupérer 130 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires. Le veulent-ils vraiment ? Quand on voit le zèle mis pour souquer Elon Musk et ses potes, un doute subsiste que la volonté de la majorité de l’Europe.

Le coût de l’évitement fiscal des multinationales en France est élevé. Selon les méthodes, les pertes fiscales annuelles y représentent entre 5 milliards (étude sur données d’entreprises) et 10 milliards d’euros (études fondées sur la comptabilité nationale). Le rapport précise que « Les milliardaires paient entre 0 et 0,5 % de leur fortune en impôts chaque année : c’est dû à l’utilisation quasi systématique de sociétés écrans ». 2 756 d’entre eux peuplent la planète (75 en France) et totalisent une fortune de 13 000 milliards de dollars. Et si une taxe, ne serait-ce qu’à 2 %, leur était appliquée ? « C’est moins de 3 000 contribuables concernés, et ça rapporterait près de 250 milliards de dollars chaque année », estime l’économiste.

Tout le monde le sait notamment à Bercy où pour trouver de l’argent on aurait décidé de passer la participation sur un médicament de 50 centimes à un euro…Une vraie provocation quand on sait que les laboratoires pharmaceutiques appartiennent à ces fraudeurs qui exportent des bénéfices colossaux ou créent des pénuries leur permettant de constituer des profits toujours plus élevés. En attendant on délivre des chèques de lutte contre l’inflation chez les grands distributeurs ou des bons de carburant pour aller chez Total au bon peuple.

Cet article a 5 commentaires

  1. J.J.

    Cette situation …conne…. de tous les pouvoirs libéraux en place ne cesse…..
    Faute de frappe ou acte manqué ?

    « Il a réalisé 30 % des voix sur ce programme. » C’est dire l’état de déliquescence et d’acculturation de la société !

    Tous ces nantis insatiables jouent avec le feu, la situation est comparable, (toutes proportions gardées) à celle d’avant la Révolution Française, quand les princes qui gouvernaient, dépensant à tout va les deniers de l’état, parfois pour leurs menus plaisirs, n’ont pas voulu entendre les voies raisonnables de certains. Ce fut la révolte et toutes ses tragiques et imprévisibles conséquences.
    Alors n’allons pas pleurer sur les victimes de la Révolution , certaines furent innocentes certes, les innocents payant pour les coupables.
    S’il faut pleurer pour quelque choses, c’est sur les exactions permises à quelques privilégiés dont les descendants prennent le soin de faire porter la responsabilité sur ceux qui durant des siècles furent leurs victimes .

  2. christian grené

    Tout ça n’a rien voir, M’sieur, avec ce que vous m’avez enseigné, notamment à travers les écrits du grand Charles. Je m’souviens de qu’il écrivait, lui, dans ces « Paradis artificiels »: « Le bon sens nous dit que les choses de la terre n’existent que pour bien peu, et que la vraie réalité n’est que dans les rêves ».
    Merci à Charles Bol d’air!

  3. J.J.

    Un lien intéressant ou la remise à l’heure des pendules.
    ttps://fr-cjpme.nationbuilder.com/fs_023

  4. facon jf

    Bonjour, mon commentaire a encore volé en éclats dès que je l’ai posté … Et je ne l »avais pas sauvegardé. Je vous colle ici ex abrupto le lien avec ma lecture du jour https://www.lorientlejour.com/article/1354010/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-francaise.html
    Hors sujet direz-vous, pas si sûr…  » Les accords d’Abraham ont porté le mépris, l’arrogance capitaliste et la mauvaise foi politique à leur comble. Est-il acceptable de réduire la culture arabe et islamique à des contrats juteux assortis – avec le concours passif de la France – d’accords de paix gérés comme des affaires immobilières ? » Interroge Dominique Eddé, née en 1953 à Beyrouth, est une écrivaine, romancière et essayiste libanaise.

  5. facon jf

    Les Grands mamamouchis de Bercy et leurs éconocroques honteuses faites sur le dos des petites gens. Augmenter le reste à charge des médicaments = augmenter le prix des mutuelles = les gens se soignent moins = moins de dépenses de santé à court terme = plus de dépenses de santé à moyen et long terme.
    J’ai souvenir d’une époque à laquelle les politiques étaient contents de travailler à long terme notamment en terme de santé et d’éducation.
    La santé, l’éducation, c’est de l’investissement sur le futur. Donc de la perte pour le présent.
    Mais les politiques d’aujourd’hui ne sont plus capables que de faire du très court termes, et de toute façon, leurs enfants vont dans le privé huppé et ils ont les moyens de se payer de la santé.
    Un fauteuil de pantouflage chez Pfizer pour se consoler de l’injustice que l’on commet ça le fait. Optimisation fiscale : le groupe Pfizer tenterait-il de payer le moins d’impôt possible en France ? la réponse est ici https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/video-optimisation-fiscale-le-groupe-pfizer-tenterait-il-de-payer-le-moins-d-impot-possible-en-france_5806883.html
    Et dans la tête des macronistes, quand quelqu’un doit payer, c’est toujours les plus pauvres. C’est votre philosophie de vie : favoriser les riches, les vénérer, faire les poches des précaires. La Macronie hait les gens qui ne sont rien. Alors une bande de va-nu-pieds Gazaouis assoiffés et affamés qui se plaignent sous une pluie de bombes …
    En attendant ici en France le taux de mortalité infantile ne recule plus depuis 2005, souligne l’Insee dans une étude publiée en juin 2023. La France est désormais au 20e rang des pays européens les causes sont bien identifiées. La mortalité infantile atteint ainsi 7,7 pour 1.000 dans les départements d’Outre-mer, contre 3,5 pour la métropole. En Seine-Saint-Denis , la mortalité atteint 5,4 pour 1.000. Là encore, l’Insee souligne comme cause possible la moins bonne santé des mères et un moindre recours aux soins.
    Les grands mamamouchis sont sur la bonne voie.
    C’est désespérant.

Laisser un commentaire